pissarides3_gettyimages_datapersonmap Getty Images

Ne gaspillez pas la techno-révolution !

LONDRES – Le débat public sur les effets de l'automatisation et de l'intelligence artificielle (IA) porte souvent d'une part sur les gains de productivité pour les entreprises et l'économie - et d'autre part, sur les inconvénients éventuels pour les travailleurs. Pourtant, il existe une troisième dimension qu'il ne faut pas négliger : l'impact des nouvelles technologies sur le bien-être.

Historiquement, l'innovation technologique a eu des effets positifs sur le bien-être s'étendant bien au-delà de mesures économiques telles que le PIB. Les vaccins, les nouveaux médicaments et les innovations médicales comme les rayons X et l'IRM ont considérablement amélioré la santé humaine et ont augmenté la longévité. Aujourd'hui, même les pays ayant la plus faible espérance de vie au monde ont une durée de vie moyenne plus longue que les pays où l'espérance de vie était la plus longue en 1800. En outre, environ un tiers des gains de productivité des nouvelles technologies au cours du dernier siècle ont été convertis en une réduction de la durée du temps de travail, sous la forme d'un allongement des congés payés et d'une réduction de près d'une moitié de la semaine de travail dans certains pays avancés.

À présent qu'une nouvelle génération de technologies est en cours d'adoption, la question est de savoir si des gains comparables pour le bien-être vont s'ensuivre, ou si les craintes d'un chômage technologique vont créer de nouvelles sources de stress et faire baisser la confiance et les dépenses des consommateurs.

Pour répondre à des questions de ce genre, il faut se concentrer sur deux facteurs décisifs. Le premier est le potentiel d'innovation pour améliorer le bien-être. L'IA en particulier pourrait augmenter la qualité de vie des gens de façon substantielle, en augmentant la productivité, en faisant apparaître de nouveaux produits et services et en ouvrant de nouveaux marchés. La recherche de McKinsey & Company sur la transformation numérique actuelle montre que les applications de l'IA sont déjà en train d'avoir précisément ce résultat et que cette tendance va se maintenir.

En outre, les entreprises qui déploient l'IA dans le but de stimuler l'innovation, plutôt que de remplacer de la main-d'œuvre et de réduire les coûts, risquent de mieux réussir que les autres : à mesure qu'elles se développent, elles vont embaucher de nouveaux travailleurs. Dans le domaine des soins de santé, par exemple, l'IA a donné les moyens aux prestataires d'offrir des diagnostics meilleurs et plus précoces pour certaines maladies mortelles comme le cancer, ainsi que des soins personnalisés.

Le second facteur décisif est l'approche adaptée par les entreprises et les gouvernements dans la gestion de l'arrivée de nouvelles technologies. L'IA soulève d'importantes questions éthiques, en particulier dans des domaines comme la génomique et l'utilisation des données personnelles, ainsi que le besoin d'acquérir de nouvelles compétences nécessaires à l'exploitation des machines intelligentes pouvant causer du stress et de l'insatisfaction. La migration des travailleurs d'un secteur à l'autre peut être une source de frictions importantes, aggravée par les disparités sectorielles, les contraintes et les coûts (financiers et temporels) de recyclage.

Subscribe to Project Syndicate
Bundle2020_web

Subscribe to Project Syndicate

Enjoy unlimited access to the ideas and opinions of the world's leading thinkers, including weekly long reads, book reviews, and interviews; The Year Ahead annual print magazine; the complete PS archive; and more – All for less than $9 a month.

Subscribe Now

De façon significative, les frictions du marché du travail créées par les technologies actuelles peuvent avoir une incidence sur des segments de la population qui ont été préservées de tels risques dans le passé. Pour éviter des perturbations majeures, les décideurs doivent se concentrer sur la prestation de vastes programmes de recyclage, afin de doter les travailleurs de compétences les mettant hors de la concurrence des robots et leur assurant la fluidité du marché du travail.

En dirigeant la mise en place de nouvelles technologies en vue de l'innovation à visée d'amélioration du bien-être social et en gérant les effets sur le marché du travail de la diffusion technologique, nous pouvons stimuler non seulement la productivité et les revenus, mais également l'espérance de vie, qui peut alimenter à son tour un PIB plus élevé.

Le calcul de l'incidence probable de l'innovation à visée d'amélioration du bien-être est un processus complexe. Dans notre propre évaluation, nous avons enrichi les méthodes de quantification du bien-être d'économistes comme Charles Jones et Peter Klenow de l'Université de Stanford, entre autres, dans le domaine florissant de la recherche du bonheur. En utilisant un schéma de principe constant d'aversion au risque comme modèle de référence, nous constatons que les États-Unis et l'Europe pourraient faire l'expérience de gains de bien-être grâce à l'IA et à d'autres technologies qui dépassent celles fournies par les ordinateurs et les premières formes d'automatisation au cours des dernières décennies. D'autre part, si la transition technologique n'est pas gérée correctement, les États-Unis et l'Europe pourraient connaître un ralentissement de la croissance du revenu, une augmentation des inégalités et du chômage et des réductions des loisirs, de la santé et la longévité.

Une conclusion éloquente de notre recherche est que la menace envers les revenus et l'emploi est présente dans tous les scénarios envisagés, ce qui signifie qu'elle ne peut pas être rejetée ni ignorée. Si les effets indésirables prévisibles du passage à un système automatisé d'économie du savoir ne sont pas traités, un bon nombre de gains potentiels risquent d'être gaspillés. Les décideurs devraient se préparer à un effort de recyclage à l'échelle de celui du GI Bill de 1944 aux États-Unis.

Entre autres choses, les gouvernements actuels ont un rôle fondamental à jouer dans l'offre de programmes d'éducation et dans la refonte des programmes éducatifs, afin de mettre l'accent sur les compétences techniques et sur la culture numérique. Ils peuvent également utiliser les dépenses publiques pour réduire le coût de l'innovation pour les entreprises et pour orienter le développement technologique vers des fins productives grâce à l'approvisionnement et à l'ouverture des marchés.

Mais les dirigeants d'entreprise doivent également relever le gant. Si les entreprises adoptent une approche de l'intérêt bien compris à l'égard de l'IA et de l'automatisation - ce que nous appelons la « responsabilité sociale technologique » - elles pourront créer des avantages aussi bien pour la société que pour leur propre rentabilité. Des travailleurs plus productifs, après tout, peuvent recevoir un salaire plus élevé, ce qui peut stimuler alors la demande en produits et services. Pour saisir les avantages des technologies numériques, de l'IA et de l'automatisation, il nous faudra trouver un juste équilibre, favorisant à la fois l'innovation et les compétences afin d'exploiter tout ce qu'elle met à notre disposition.

https://prosyn.org/drktk3Qfr