slaughter73_Stefano MontesiCorbis via Getty Images_migrantpovertycellphone Stefano Montesi/Corbis via Getty Images

Le droit de sortir de l'invisibilité

WASHINGTON – Dans les pays développés, une grande partie de l'opinion publique s'inquiète des risques de violation de la vie privée par les Géants d'Internet et exige "le droit à l'oubli". Mais ailleurs dans le monde, beaucoup posent une toute autre question : qu'en est-il du droit de ne plus être invisible ?

Demandez ce qu'elles en pensent au milliard de personnes qui ne disposent pas de documents d'identité et de ce fait ne peuvent accéder à des services que nous considérons comme une évidence, qu'il s'agisse de l'ouverture d'un compte en banque, de l'établissement d'un acte de propriété ou même de l'attribution d'un numéro de téléphone. Par manque de données les concernant, elles sont socialement invisibles.

La possibilité d'exercer beaucoup de nos droits les plus courants – par exemple le droit de vote, le droit de propriété, le droit de conduire ou de nous déplacer hors de nos frontières - dépend en grande partie d'organismes qui utilisent des données standardisées pour savoir qui a droit à quoi. Ainsi pour obtenir un passeport on peut vous demander un extrait d'acte de naissance. Mais comment faire si l'on n'en a pas ? Ouvrir un compte en banque exige de fournir une preuve de domiciliation, mais que faire si votre maison est sans adresse ?

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/9RlLbpGfr;