haldar1_YingkoGettyImages_woodenheartgavelgrey Yingko/Getty Images

L'État de droit a besoin d'une âme

CAMBRIDGE – Le monde anglo-américain, qui fut autrefois un modèle éminent de l'État de droit, tombe dans le chaos constitutionnel. Aux États-Unis, l'administration du Président Donald Trump met à l'épreuve la résilience de l'équilibre des pouvoirs en la poussant jusqu'à son point de rupture. Quant au Brexit en Grande-Bretagne, ce débat sur l'adhésion à l'Union européenne menace de déchirer le pays, ou, pire encore, de le faire voler en éclats.

Bien que les États-Unis et le Royaume-Uni aient des constitutions très différentes - à commencer par le fait que l'une est écrite, l'autre non - ces deux constitutions impliquent une interaction subtile entre des lois et des normes formelles et des conventions informelles. C'est pour cette raison qu'il n'y a pas d'interprétation claire de l'Article 50 de l'UE sur le Traité de Lisbonne, qui établit le processus par lequel un État membre peut quitter le bloc. De même, il n'y a pas de réponse définitive à la question de Trump, relative aux tous derniers événements autour du rapport Mueller, quant à savoir si la collusion avec la Russie est techniquement illégale. Ceux qui ont rédigé ces lois pertinentes, de bonne foi, n'avaient jamais imaginé que des cas de ce genre pourraient se présenter.

Mais bien que quelques personnes aient anticipé la confusion constitutionnelle actuelle, la plupart des problèmes découlent de la description actuelle de l'État de droit dans le savoir juridique occidental. Bien que ce dernier soit exact quant à l'existence de l'État de droit comme étant son triomphe, il a tort de tenir cet état de choses pour acquis.

To continue reading, register now.

As a registered user, you can enjoy more PS content every month – for free.

Register

or

Subscribe now for unlimited access to everything PS has to offer.

https://prosyn.org/3uXQiT0fr