stiglitz290_SIA KAMBOUAFP via Getty Images_child cocoa slaves SIA KAMBOU/AFP via Getty Images

Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?

NEW YORK – Fondateur de l’économie moderne, Adam Smith explique que la poursuite des intérêts privés – les profits – bénéficiera toujours au bien commun. C’est sans doute vrai dans certaines situations, mais de toute évidence pas systématiquement. De la même manière que la soif de bénéfices des banques a conduit à la crise financière de 2008, c’est bien le désir de profits de Purdue et d’autres sociétés pharmaceutiques qui a engendré la crise des opiacés, et le soutien de Texaco au régime de Franco qui permit aux fascistes de triompher lors de la guerre civile espagnole.

Les exemples de cette litanie perverse ne manquent pas. Mais parmi les pires abus liés à l’avidité des grandes entreprises figure l’esclavage des enfants. Les amateurs de chocolat à travers le monde l’ignorent peut-être, mais certains de leurs plaisirs coupables sont potentiellement le fruit du travail d’enfants esclaves.

Nestlé, Cargill et autres grandes entreprises de l’alimentaire confrontées à ce type d’accusations parviennent à échapper à toute explication devant un tribunal. Elles-mêmes ou leurs filiales étant basées aux États-Unis, ces sociétés considèrent ne pas avoir à rendre de comptes pour des écarts de conduite commis en lointaine Afrique, bien conscientes de l’absence de système judiciaire efficace dans les pays au sein desquels des enfants sont exploités.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/KKz1JrMfr