ghebreyesus8_Scott OlsonGetty Images_vaccines Scott OlsonGetty Images

Créer un meilleur encadrement pour la santé mondiale

GENÈVE – Il est difficile de croire que lorsque se tenait le dernier forum pour la paix de Paris, en novembre 2020, aucun vaccin de COVID-19 n’avait encore été agréé. Un an plus tard, plus de sept milliards de doses ont été administrées, empêchant d’innombrables décès et contribuant à faire fléchir la trajectoire de la pandémie dans bon nombre de pays. Mais ce triomphe de la science est en train d’être éclipsé par le fait que beaucoup de gens n’y accèdent pas encore.

À ce jour, plus d’un tiers de la population mondiale est doublement vaccinée. Mais en Afrique, ce pourcentage n’atteint qu’un maigre 6,7 %. Cet état de fait inacceptable doit être réglé d’urgence, car toute menace à la solidarité mondiale constitue une menace à la sécurité et à la stabilité mondiale.

Tous les États ont la responsabilité de protéger leur propre population. Mais faute d’un partage essentiel des ressources par certains pays — notamment sur le plan des données, des échantillons biologiques et des instruments englobant les vaccins, les tests et d’autres fournitures — la plupart des pays moins nantis ne sont pas en mesure de remplir leur mandat.

To continue reading, register now.

As a registered user, you can enjoy more PS content every month – for free.

Register

or

Subscribe now for unlimited access to everything PS has to offer.

https://prosyn.org/G66AFtmfr