pisaniferry104_ktsimageGettyImages_brexitUKEUflagpuzzle ktsimage/Getty Images

Brexit : Maintenant, éviter les dommages réciproques

PARIS – Rien ne peut être tenu pour certain au Royaume-Uni mais il semble désormais très probable que l’année 2020 sera finalement celle du Brexit. Dans leur majorité, les citoyens britanniques seront certainement soulagés de voir enfin s’achever ce feuilleton interminable. Pour la plupart, les responsables européens seront de leur côté contents de ne pas avoir à se disputer sur l’échéance d’un nouveau report. Mais pour le reste, les questions essentielles demeurent.

Tout d’abord, « qui a perdu le Royaume-Uni ? ». A cette question, on ne peut que répondre : avant tout les Britanniques eux-mêmes. Quelles que soient les erreurs commises par les 27, ceux-ci ne peuvent être tenus pour responsables de l’extravagant amateurisme des trois gouvernements que le pays a connus au cours des cinq dernières années.

D’autres leçons, cependant, doivent aussi être retenues. La première est, comme l’a déjà observé Wolfgang Münchau dans le Financial Times, qu’outre-Manche la bataille pour l’Europe a été perdue longtemps avant le début des combats. Dans les années 1990, déjà, l’Union était présentée, jour après jour, comme une bureaucratie asphyxiante, préoccupée avant tout de renforcer son propre pouvoir, et bien peu de responsables britanniques osaient contredire ces préjugés.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/17caspHfr;