Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

Le spectre d’un nouveau Tchernobyl dans la crise ukrainienne

LOS ANGELES – Vingt ans après l’explosion de sa centrale de Tchernobyl, l’Ukraine est confrontée à un risque nucléaire nouveau : la possibilité de voir les différents réacteurs du pays devenir la cible d’interventions nucléaires, dans l’hypothèse d’une invasion par la Russie. S’exprimant lors du Sommet de La Haye sur la sécurité nucléaire au mois de mars, le ministre ukrainien des Affaires étrangères Andrii Deshchytsia, a évoqué une « menace potentielle sur de multiples installations nucléaires » dans le cas où les événements dégénéreraient en guerre ouverte.

Ce mois-ci, Ihor Prokopchuk, ambassadeur de l’Ukraine auprès de l’Agence internationale de l’énergie atomique, a adressé un courrier au conseil d’administration de l’organisation, mettant en garde sur le risque de voir une invasion soulever une « menace de contamination radioactive en Ukraine ainsi que sur le territoire d’États voisins. » À Kiev, le parlement ukrainien a répondu en préconisant l’intervention d’observateurs internationaux autour de la protection des centrales, le gouvernement renforçant ses propres efforts en la matière malgré des finances en berne.

Les inquiétudes de l’Ukraine constituent-elles une simple hyperbole – une « calomnie, » pour reprendre l’expression du Kremlin – ou doivent-elles être prises au sérieux ? Du côté du gouvernement ukrainien, l’anxiété est réelle. Ceux-là mêmes des Ukrainiens qui sont nés après 1986 ont conscience de ce que pourrait représenter une catastrophe tchernobylienne issue cette fois-ci des combats.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/ex3Zqytfr;
  1. roach113_XinhuaZhang Ailin via Getty Images_coronaviruschinaeconomyfactoryworker Xinhua/Zhang Ailin via Getty Images

    When China Sneezes

    Stephen S. Roach

    The COVID-19 outbreak has hit at a time of much greater economic vulnerability than in 2003, during the SARS outbreak, and China's share of world output has more than doubled since then. With other major economies already struggling, the risk of outright global recession in the first half of 2020 seems like a distinct possibility.

    1
  2. afriedman19_Chip SomodevillaGetty Images_berniesanderscampaign Chip Somodevilla/Getty Images

    Why Bernie?

    Alexander Friedman

    If US Senator Bernie Sanders is the Democratic Party's presidential candidate, he could win in November for any number of reasons. The US electorate is almost evenly divided regardless of candidate, swing voters are unpredictable, electoral math is tricky, Donald Trump has plenty of weaknesses, and a lot can happen between now and then.

    2

Edit Newsletter Preferences